Si cette page s'ouvrait sans le menu situé à gauche, cliquez ici : x

 

Fantasio (Offenbach) - Rennes, Nantes, Tours et Angers
«Agrégée d'économie, Iane Roulleau (Elsbeth) a les moyens d'un rôle périlleux par son amplitude vocale et sait jouer les nunuches avec une feinte innocence»
Jacques Doucelin Le Figaro octobre 2000

«Nous avons entendu d'interressantes voix comme celle de Iane Roulleau qui incarnait avec grâce le rôle d'Elsbeth. La voix est joliment timbrée et très à l'aise dans l'aigu.»
Opéra International décembre 2000 

Carmen (Bizet) - Nancy
«Les seconds rôles sont parfaitement distribués, avec une Frasquita (Iane Roulleau) et une Mercedes charmantes.»
Opéra International janvier 2000

Les Noces de Figaro (Mozart)
«On se demande par quel prodige Iane Roulleau (Suzanne) réussit à se hisser au diapason de son fringant Figaro. Elle éclaire son personnage avec un trés délicat registre de soprano.»
Le Midi Libre février 1999

«Figaro, le baryton Christophe Lacassagne et Susanna, la soprano Iane Roulleau, m'ont enchantés dès les premières notes»
L'Echo Républicain mars 1999

«L'affrontement politique entre noblesse et bourgeoisie montante, qui est aussi rivalité de mâles, s'incarne magnifiquement dans deux superbes barytons: le Figaro exemplaire de J.C Sarragosse et le Comte du tout jeune V. Billier(...) Leurs épouses les talonnent surtout la fraîche Suzanne de Iane Roulleau.»
Jacques Doucelin le Figaro aout 1999.

La Serva Padrona (Pergolese)
«Cette  ancêtre de l'opéra buffa est un petite oeuvre charmante qui retrouva toute sa verve et sa simplicité avec la Serpina de Iane Roulleau prêtant sa voix claire et légère à une servante vraiment très effrontée.»
Art et Fugue juillet 1999

Le Martyre de St Sébastien (Debussy) - Teatro La Scala, Milano
«Su questo sfondo, emergono la stupenda chiarezza del soprano Iane Roulleau (la Vierge, la Voix Céleste, la Voix Seule, l'Ame de St Sébastien)»
L'Unita Octobre 1999
«Non sono pero molto preziose né precise le tre voci femminili»
Il Giorno octobre 1999

La Patience de Socrate (Telemann)
«Des femmes, toutes sopranos, Iane Roulleau fut la plus remarquable, chantant avec nuances et couleurs Cupidon et un air Rodisette avec flûte»
Gaëtan Cotard Aout 1997

«Un autre élément de cette réussite est bien sûr la prestation des deux solistes. Patricia Petibon, tout en grâce et en spiritualité (...) nous transporte ailleurs. Iane Roulleau, sa complice, nous a offert un timbre un peu plus grave, plus chaud mais doté de la même expressivité.»
Sud Ouest Juin 1996

Béatrice et Benedict (Berlioz)
«Particulièrement remarquées, trois voix venues de l'Ecole d'Art Lyrique de l'Opéra de Paris: la soprano Iane Roulleau (Hero), convaincante à la voix fraîche et légère,....»
Opéra International Avril 1995

haut